Le Pays basque, territoire d’excellence en matière d’innovation dans 5 ans.

Il importe, dans la période de profonds bouleversements sociaux et technologiques que nous vivons, qu’une députée ait une vision du changement et de l’innovation. J’aime beaucoup cette citation du sociologue français Norbert Alter : « L’innovation est la socialisation de l’invention ». Qu’est ce que cela signifie ? Que l’innovation ne peut se réaliser, ne peut porter tous ses fruits que lorsqu’elle est portée collectivement : il ne suffit pas d’avoir de bonnes idées, mais il faut être capable de les porter pour que la collectivité se les approprie et y trouve un progrès !

Je veux un Pays basque pionnier en matière d’innovation. La formule de l’innovation s’applique aussi bien au développement d’un nouveau produit ou service, qu’à la mise en place d’une innovation organisationnelle. Au sens strict, l’innovation se produit lorsqu’une invention rencontre son marché, ses clients, ses utilisateurs ou les salariés et que ceux-ci s’approprient l’invention. Au sens large, l’innovation est donc l’ensemble du processus depuis l’idée/la recherche, jusqu’au produit/service ou encore l’innovation sociale.

Avec cette grille de lecture, le Pays Basque et en particulier la 5ème circonscription ont de nombreux atouts.

En amont de la chaine se trouve la recherche publique avec les universités, l’ESTIA et l’ISA BTP.

En aval avec les technopoles, les pépinières et les entreprises associées à Izarbel, Technocité, Olatu Leku. Je souhaite les soutenir fortement dans le prochain quinquennat.

Mais je souhaite également anticiper les mutations économiques. Pour cela, je suis très favorable à une GPEC territoriale. Qu’est ce que c’est ? Une gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) a pour objectif de mieux anticiper les effets sur l’emploi des mutations économiques, technologiques, sociales et démographiques. Le conseil de développement du Pays Basque a un projet de GPEC territoriale. Les enjeux sont très importants :

- De nombreux emplois sont cachés et non pourvus à l’échelle locale.

- La révolution numérique, l’usine du futur, la transition écologique vont bouleverser les emplois. Il faudra gérer les transitions professionnelles

- De nombreux salariés occupent des postes qui ne leur conviennent pas dès aujourd’hui, ce qui est démoralisant pour le salarié et inefficace pour l’entreprise. Il faut aussi accompagner la transition professionnelle de ces personnes, et cela nécessite de les orienter en détectant leurs appétences et leurs talents. L’orientation est la grosse faiblesse de notre système de formation initiale et continue.

- Selon de nombreuses entreprises du territoire, une problématique de l’innovation est aussi le recrutement de cadres de haut niveau…

Il me semble essentiel que les élus de notre territoire se saisissent de ce dossier majeur de l’innovation, j’en ferai pour ma part un axe important de mon travail au service du Pays basque.